Les conséquences de l’alcool sur le cerveau

Cerveau & Neuroscience

Des études suggèrent que l’alcool, lorsqu’il est consommé à des niveaux faibles ou modérés, peut avoir certains bienfaits pour la santé. Il peut également produire des effets de bien-être, c’est pourquoi beaucoup d’entre nous s’en servent dans des situations sociales ou dans des moments de stress. Mais la recherche est également claire sur un autre point : lorsqu’une personne consomme de l’alcool au-delà de niveaux modérés, cela peut avoir des effets néfastes sur le corps et sur le cerveau et ce, tant à court terme que de façon permanente. Si vous vous êtes déjà demandé ce qui se passe vraiment dans le cerveau lorsqu’une personne a trop bu, voici un bref aperçu.

Comment l’alcool affecte-t-il le cerveau ?

Lorsque l’alcool suit son cours, nous ressentons immédiatement des troubles cognitifs assez importants comme des troubles de l’élocution, des difficultés à marcher, une vision trouble, un ralentissement du temps de réaction et des difficultés de mémoire. Cela est dû au fait que l’alcool ralentit la communication dans le cerveau et agit comme un dépresseur du système nerveux central. Il a un impact sur le mouvement entre les neurones et les neurotransmetteurs, qui sont le centre de commande de toutes les principales fonctions du corps, y compris la respiration, la parole, la pensée et le mouvement.

Quelles régions du cerveau sont touchées par l’alcool ?

Plusieurs régions du cerveau peuvent être affectées par la consommation d’alcool, notamment le cervelet, le cortex cérébral, le tissu cérébral et le système limbique. La consommation d’alcool peut entraîner des dommages graves dans ces parties du cerveau, ce qui entraîne par la suite de multiples problèmes comme la perte de mémoire à court terme, la diminution des cellules cérébrales, la dépression, les changements d’humeur, le manque de sommeil et la dépendance à l’alcool.

Que se passe-t-il dans le cerveau sous l’influence de l’alcool ?

Le cerveau a certains niveaux de neurotransmetteurs, qui sont les canaux chimiques qui transfèrent et délivrent les signaux vitaux dans tout le corps. Lorsque l’on boit de l’alcool, cette chimie dans le cerveau est interrompue et nos neurotransmetteurs commencent à avoir du mal à fonctionner comme ils le font normalement pour nos processus de pensée, notre comportement et nos émotions.

L’alcool affecte à la fois les neurotransmetteurs excitateurs et les neurotransmetteurs  inhibiteurs comme :

Le glutamate – Responsable des niveaux d’énergie et de l’activité cérébrale. L’alcool supprime la libération du glutamate, ce qui ralentit énormément les voies du cerveau.

Dopamine – Elle fait partie du centre de récompense du cerveau. L’alcool augmente la libération de dopamine dans le centre de récompense, ce qui fait que le cerveau est trompé et que l’alcool vous fait vous sentir bien alors qu’il crée en fait simultanément des sentiments de dépression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *