N’utilise-t-on vraiment qu’un faible pourcentage des capacités de notre cerveau ?

Cerveau & Neuroscience

On entend souvent dire que l’être humain n’utilise qu’environ 10 % des réelles capacités de son cerveau. En effet, d’après ces même dires, nous ne sommes qu’à notre début et que si nous utilisons la totalité de notre activité cérébrale, c’est-à-dire à 100 %, il sera tout à fait possible qu’on puisse développer de nouvelles capacités comme le fait de voler, de pratiquer la télékinésie ou même d’interagir avec l’environnement qui nous entoure etc.

Cette idée semble si prometteuse qu’elle a nourri de nombreuses imaginations, surtout sur le domaine de la science-fiction. Eh oui, nombreux sont les œuvres, notamment les livres et les films qui se sont basés sur cela, mais est- ce que cela est vraiment possible ou est- ce que c’est tout simplement un mythe comme tous les autres ? C’est ce qu’on va voir ici.

Utiliser 100 % de son cerveau, une idée reçue ?

Avant toute chose, il faut préciser que cette rumeur, si on peut le dire comme ça, a vu le jour au début du siècle dernier, qui précisons-le ne bénéficiait pas des progrès technologiques du moment surtout concernant la compréhension du cerveau. De ce fait, les scientifiques de l’époque ont avancé quelque chose qu’ils ne pouvaient pas comprendre eux même et qui s’était basée principalement sur le fait que si la partie frontale du cerveau venait à être endommagée, cela n’impacte en rien les capacités de ce dernier, contrairement aux autres zones qui peuvent entrainer des séquelles voire même des handicaps.

Et c’est à partir de cela qu’est née l’idée que cette partie du cerveau devait donc renfermer d’autres capacités qui ne sont pas encore utilisées, ce qui a grandement appuyer cette affirmation sur le fait qu’on n’utilise qu’1/10ème de notre cerveau.

La preuve que c’est un mythe

Comme on vient de le préciser, les mythes concernant les réelles capacités du cerveau ont vu le jour durant une ère où la technologie ne permettait pas de vraiment les appuyer ou de les réfuter. Donc, à notre ère où le secteur médical a grandement évolué, il est plus facile de s’en faire une idée car oui, il est possible de voir véritablement si oui ou non, on n’utilise qu’une infime partie de cet organe où les pensées se bousculent.

Et pour cela, il suffit de se baser sur l’IRM, qui propose des techniques qui permettent de véritablement déterminer les réelles activités du cerveau. Effectivement, vu que cette technologie se base principalement sur l’imagerie par résonance magnétique, il est possible de voir en temps réels tout ce que cet organe fait lorsqu’il est stimulé de nombreuses manières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *