Le prix Nobel de mathématiques, décerné à une femme pour la première fois !

Math & Informatique

Pour la première fois en 2019, le prix Nobel de mathématiques, appelé également « prix Abel » avait été décerné à une femme. En effet, cette année là, Karen Uhlenbeck a reçu ce prix qui avait été longtemps réservé aux hommes. A 76 ans, elle est donc devenue la pionnière à avoir obtenu ce titre honorifique.

Quand la passion va au-delà du sexisme

Professeure américaine émérite, Hlenbeck est une passionnée de mathématiques. C’est certainement cette passion qui l’a poussé à vouloir devenir l’une des premières femmes à avoir été recompensé dans plusieurs domaines liés aux mathématiques.

Dans une interview réalisée par les chaînes américaines, cette nobel de mathématiques avait déclaré qu’être une femme qui se passionne pour les maths n’est pas chose facile, et cela, à cause des idées reçues que les mathématiques sont plutôt réservées aux hommes.

Si le Dr. Hlenbeck avait reçu ce titre c’est grâce à ses recherches qui nous a permis de mieux comprendre la « théorie des surfaces minimales, telles que celles formées par des bulles de savon, et des problèmes de minimisation plus généraux en dimension supérieure. » Elle a révolutionné le domaine et les résultats de ses recherches sont devenus des outils incontournables pour les professions qui se basent sur la géométrie.

Une féministe et militante de l’égalité des sex

Karen Uhlenbeck avait été victime d’une société stéréotypée où l’on attribuait aux femmes des places pré-établies. Jusqu’au jour où elle a eu son doctorat en mathématiques et qu’elle commença à enseigner à l’université de Houston, ces stéréotypes lui ont accompagnées dans sa profession. A noter le sexisme dans le milieu scientifique touche aussi bien les pays développés que les pays sous-développés.

C’est certainement pour cette raison qu’on rencontre moins de femmes dans des domaines telles que la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques. La ségrégation éducative et professionnelle vienne renforcer le problème, ne permettant pas aux femmes de s’émanciper dans les domaines scientifiques, et c’est ce dont elle milite. L’égalité des sex dans le milieu scientifique est indispensable pour permettre aux hommes qu’aux femmes d’avoir la même place.

Karen Uhlenbeck vienne donc s’ajouter aux listes des femmes scientifiques les plus célèbres de notre époque. Elle est une figure emblématique telle que Lise Meitner, la physicienne qui a aidé à découvrir la fission nucléaire dans les années 1930 ; Rosalind Franklin, qui était celle à qui l’on doit la compréhension du fonctionnement interne de l’ADN et des virus, et Dorothy Hodgkin, qui nous a permis de comprendre le fonctionnement des molécules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *