Voler comme un oiseau : est-ce possible pour l’homme ?

Voler comme un oiseau.
Technologie

Bien que l’humanité ait conquis le ciel avec les avions, nous n’avons pas encore réussi à égaler nos homologues animaux ailés qui volent par eux-mêmes. Et maintenant, les scientifiques ont déterminé que nous n’y arriverons jamais : il est mathématiquement impossible pour les humains de voler comme les oiseaux.

Pourquoi les oiseaux volent-ils et pas nous ?

Un oiseau peut voler parce que l’envergure de ses ailes et la force de ses muscles sont en équilibre avec la taille de son corps. Son squelette est léger et ses os sont creux, ce qui réduit la charge sur ses ailes. Un oiseau possède également des sacs aériens reliés à ses poumons, ce qui le rend encore plus léger et permet un passage facile de l’air dans ses poumons pendant le vol.

D’autre part, les calculs du rapport entre la taille et la force de l’homme révèlent que notre espèce ne sera jamais capable de prendre son envol sans aide. Lorsqu’un organisme grandit, son poids augmente plus rapidement que sa force. Ainsi, un homme adulte moyen aurait besoin d’une envergure d’au moins 6,7 mètres pour voler. Ce calcul ne tient même pas compte du fait que ces ailes seraient elles-mêmes trop lourdes pour fonctionner.

Ce n’est pas pour rien qu’une fillette de 6 ans peut faire plus de tractions que son père de 40 ans : elle est peut-être plus faible, mais son rapport force-taille est toujours supérieur à celui de son père. En d’autres termes, les humains ne sont pas trop grands pour voler, mais notre force ne peut tout simplement pas supporter notre poids en vol.

Il faut savoir que le grand pélican blanc possède l’une des plus grandes étendues d’ailes connues des scientifiques, mesurant 3,6 mètres de diamètre. Cette envergure est suffisamment forte pour supporter le moindre poids de l’oiseau. Si les humains devaient voler, ils auraient besoin d’ailes si grandes que le poids des ailes elles-mêmes les empêcherait de voler.

Nous pouvons voler mais pas comme les oiseaux

Oui, aujourd’hui nous pouvons voler – mais pas en battant des bras comme les oiseaux.

Yves Rossy est un humain, mais il peut voler. Il maintient l’altitude, et la gagne même quand il le veut. Il enfile une aile – qu’il a inventée – de plus d’un mètre quatre-vingts d’envergure et deux moteurs à réaction miniatures, et devient Jetman. Il saute d’un avion, l’accélérateur au pouce. Puis il s’envole. Il est le plus proche que l’homme ait été de devenir un oiseau. Ou un missile. Les étages de l’aile ne battent pas, mais il y a cette forme naturelle dans ses envolées, ses sculptures et ses plongées – qui atteignent environ 201 km par heure en moyenne, avec des pointes à 299 km par heure en descente.

Rossy, un Suisse, a été apprenti mécanicien, puis pilote pour l’armée de l’air suisse, avant de travailler comme tel pour une compagnie aérienne. Il a également piloté des deltaplanes, des parapentes et des avions de voltige, a fait du parachutisme et est devenu un maître parachutiste. Mais maintenant, il est Jetman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *