Est-il possible de vivre sur Mars ?

vivre sur Mars.
Terre

Pendant des milliers d’années, les humains ont regardé le ciel nocturne et se sont interrogés sur leur place dans le cosmos. Un petit point rouge en particulier a longtemps retenu notre attention : Mars. Aujourd’hui, les experts pensent qu’il ne s’agit plus de savoir si on peut poser un jour le pied sur la planète rouge, mais quand. Grâce aux récents progrès technologiques, cela pourrait se produire d’ici quelques décennies.

Si le rêve de coloniser Mars est fascinant, est-ce une bonne idée ? Quels seront les plus grands défis à relever ? Et une fois que nous y serons, pourrions-nous même survivre ?

Les scientifiques y croient mais le projet pourrait être dangereux

Mars était presque identique à la Terre il y a environ quatre milliards d’années. Aujourd’hui, elle reste la seule planète de notre système solaire qui ressemble suffisamment à la Terre pour permettre la vie humaine. Elle fait la moitié de la taille de notre planète, mais possède la même superficie, ce qui signifie que nous aurions un endroit pour nous installer et nous épanouir. La température sur Mars est glaciale, mais sa glace signifie que nous aurions une source d’eau. Le sol oxydé de la planète signifie que nous pourrions cultiver de la nourriture, et l’existence du gaz méthane signifie que nous pourrions créer du carburant.

Les différents problématiques du fait de s’installer sur Mars

Si se rendre sur Mars est le plus grand espoir de sauver la civilisation humaine, alors notre prochaine étape est de créer la technologie pour le faire.

Les fusées qui pourraient emmener des humains sur Mars sont presque terminées. La NASA dispose déjà de la fusée Space Launch System et de la capsule d’équipage Orion, qui sont toutes deux des versions améliorées de la technologie qui nous a emmenés sur la lune. Le SpaceX d’Elon Musk construit un système de transport interplanétaire avec des versions avancées de ses moteurs Raptor et un système d’appoint plus puissant que tout ce que nous n’avons jamais construit. La société spatiale privée Blue Origin travaille sur son propre système. Tous ces systèmes seront testés et achevés dans les dix prochaines années.

Mais malgré tout ce savoir-faire technique, une fois sur Mars, « la partie la plus délicate est de maintenir les gens en vie« . Et cela va demander beaucoup de travail, car pour l’instant, Mars est un désert. Voici comment Richard Davis, directeur adjoint pour la science et l’exploration à la division des sciences planétaires de la NASA, explique les différents dangers de Mars :

Les difficultés qu’il faut faire face pour se rendre sur Mars

Les éruptions solaires peuvent représenter des dangers à court terme pour les équipages qui se dirigent vers Mars et à la surface de la planète. Mais ces éruptions peuvent être détectées à l’avance et des abris temporaires contre les radiations peuvent être utilisés pour protéger largement l’équipage. Un danger à plus long terme est l’exposition générale à des niveaux plus élevés de rayonnement, qu’il provienne du soleil ou de sources extérieures au système solaire. Nous pouvons minimiser ces effets, mais il y aura une exposition accrue et donc un risque plus élevé de cancer plus tard dans la vie.

En effet, les effets néfastes des radiations constituent le plus grand obstacle de l’humanité à la vie dans l’espace. Les recherches suggèrent que les astronautes subiraient des dommages neuronaux à court terme à cause des particules de radiation spatiale de haute énergie. Les astronautes de la Station spatiale internationale sont protégés de ces rayons par la magnétosphère terrestre, mais sur Mars, les astronautes ne bénéficieront pas d’une telle protection.

Les dangers que pourraient encourir tous ceux qui vont aller sur Mars

Une nouvelle étude a révélé que même six mois après leur retour sur Terre, les astronautes subiraient une inflammation du cerveau et des dommages aux neurones. D’autres effets secondaires des voyages spatiaux de longue durée pourraient inclure des problèmes de mémoire, de l’anxiété et de la dépression. L’étude se termine par une mise en garde : « L’exposition aux rayonnements cosmiques présente un risque neurocognitif réel et potentiellement préjudiciable pour les voyages prolongés dans l’espace lointain… et les voyages dans l’espace lointain représentent une menace réelle et unique pour l’intégrité des circuits neuronaux du cerveau ».

Donc, étant donné ces dangers, devrions-nous même nous préoccuper de Mars ? La NASA reste optimiste. « Ce risque est considéré comme gérable », dit Richard Davis, directeur adjoint pour la science et l’exploration à la division des sciences planétaires de la NASA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *