Pourquoi les gens sont de plus en plus insensibles à la violence ?

les gens sont de plus en plus insensibles à la violence.
Terre

Presque chaque jour, nous sommes exposés à de la violence, de la négativité, de l’intolérance et de haine etc. principalement sur les grands réseaux d’information, et en particulier sur les réseaux sociaux. Vous vous souvenez de la première fois où les réseaux sociaux ont été introduits dans le monde ? Ils ont commencé comme étant un moyen pour nous tous de renouer avec de vieux amis, et nous étions impatients de partager des photos de nos familles et de nos amis, de nos voyages, et de nos réalisations personnelles et professionnelles. De bons moments, c’est certain. Cela est toujours le cas, mais semble se produire de moins en moins.

En effet, les médias sociaux, en particulier ces dernières années, peuvent donner l’impression d’être devenus une plateforme de diffusion de toutes formes de haine et d’intolérance et, dans de nombreux cas, de représentation d’actes de violence et d’agression « réels » indiquant un mépris total pour la vie humaine.

La désensibilisation à la violence

La désensibilisation à la violence est un processus qui se produit à la suite de l’exposition répétée à la violence dans les médias ou dans la vie réelle. En outre, le phénomène peut être identifié dans la réduction des réponses physiologiques, émotionnelles, cognitives ou psychologiques, ainsi que dans la perception ou l’attention portée aux actes violents vécus ou observés.  En conclusion, la désensibilisation à la violence semble produire la croyance que la violence est insignifiante et inévitable, voire capable de générer des émotions positives.

Malgré les preuves de la désensibilisation émotionnelle à la violence dans les médias, il n’est pas certain que la désensibilisation soit aussi importante pour la violence dans la vie réelle. La violence dans la vie réelle est probablement plus intense que la violence dans les médias, et l’accoutumance est moins susceptible de se produire pour des stimuli plus intenses.

L’insensibilité émotionnelle comme facteur de risque pour un comportement plus violent

L’insensibilité à la violence, y compris le modèle d’adaptation pathologique à la violence, conduisent à l’augmentation du risque de comportement violent ultérieur. Plus précisément, les fortes réactions négatives que provoque normalement l’exposition à la violence, telles que la détresse émotionnelle, l’excitation physiologique et la désapprobation cognitive, devraient empêcher l’adoption d’un comportement violent. Cependant, avec une exposition répétée à la violence, ces réactions négatives diminuent par accoutumance, ce qui entraîne une moindre inhibition du comportement violent. En même temps, l’exposition à la violence augmente la probabilité d’un comportement violent par le biais d’autres mécanismes sociocognitifs et comportementaux, tels que l’apprentissage par l’observation et l’amorçage d’un comportement agressif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *